sorbonne universite

Transnum

Penser les transformations du / par le numérique

Slider

Penser les transformations du/par le numérique à Sorbonne Université

Le pro­gramme trans­ver­sal TRANSNUM pro­pose de fédér­er au sein de l’alliance Sor­bonne Uni­ver­sité les chercheurs (décou­vrir notre équipe) et les ini­tia­tives analysant les trans­for­ma­tions liées au développe­ment du numérique. Hébergé par les insti­tuts ISCD et SCAI, il s’in­scrit dans la con­ti­nu­ité d’ac­tiv­ités de recherche menées en 2017 — 2018 (voir la précé­dente édi­tion du pro­gramme).

Un con­stat définit ce pro­jet : les trans­for­ma­tions liées au numérique ne sont pas seule­ment d’ordre tech­nique. Elles sont d’ordre épisté­mologique, dans la mesure où le numérique tend à recon­fig­ur­er les pra­tiques du savoir et les méth­odes sci­en­tifiques (explo­ration des don­nées, intel­li­gence arti­fi­cielle, cal­cul sci­en­tifique), cog­ni­tif dans la mesure où le numérique mod­i­fie notre rap­port au monde et à la cul­ture (rai­son com­pu­ta­tion­nelle, cul­ture de la don­née), et enfin d’ordre social, économique et poli­tique dans la mesure où l’on observe des muta­tions du monde du tra­vail, des mod­èles économiques et enfin des régu­la­tions sociales et poli­tiques.

Programmation scientifique

TRANSNUM a ain­si pour­suivi l’exploration de qua­tre prob­lé­ma­tiques majeures :

  • Penser le numérique : approche épisté­mologique
  • Numérique et savoirs : approche socio-cog­ni­tive  et cul­turelle
  • Numérique, médias, citoyen­neté : approche poli­tique
  • Numérique, tra­vail et économie : approche socio-économique 

A par­tir de cette com­préhen­sion du fait numérique, l’enjeu n’est donc pas seule­ment de com­pren­dre ses con­séquences pour les SHS (human­ités numériques), mais de l’analyser depuis la per­spec­tive inter­dis­ci­plinaire des sci­ences humaines et sociales (human­ités du numérique) (en lire plus sur nos axes de tra­vail).

A ces axes de tra­vail s’a­joutent cette année la réflex­ion sur les con­cepts et dis­cours du numérique, leur rap­port aux pra­tiques sci­en­tifiques et pro­fes­sion­nelles, leur modes d’ex­is­tence et de cir­cu­la­tion dans la société, et leurs rap­ports à la vis­i­bil­ité et l’in­vis­i­bil­ité des pra­tiques sociales.

Cette réflex­ion se con­stru­it actuelle­ment autour de l’écri­t­ure et la dis­cus­sion col­lec­tive et inter­dis­ci­plinaire d’un Lex­ique cri­tique et empirique du numérique. Un col­loque inter­dis­ci­plinaire et ouvert au pub­lic est prévu pour févri­er 2020 (voir l’a­gen­da).

envelope-ofacebook-official